Bienvenue dans le monde de l'informatique



Les dernières news du moment

Sur cette page, vous aurez les 5 dernière news (actualitées) du moment. si vous voulez en savoir plus sur une des news, je vous conseil de cliquez sur son le titre cela vous emèneras directement sur l'article complet et vous permettras dans savoir plus.

L'actialiter est décripter sur plusieurs type de sujet qui tourne autour de l'informatique, exemple, vous aurez des news sur les fournisseurs d'Internet, sur les nouveau matériels, que sa soit sur les nouveau smartphone,que composant d'ordinateur

Bonne lecture


L’implant matériel s’appuyait sur les puces BMC de la carte mère, un composant qui peut communiquer avec l’extérieur et qui dispose d’un accès privilégié à différentes parties du système.

Révélée hier au travers d’une longue enquête de Bloomberg, la minuscule puce implantée par les hackers chinois sur les cartes mères des serveurs Supermicro constituait la porte d’accès dont rêvent tous les espions de la planète. Indécelable à l’œil nu, ce composant était apparemment placé entre une puce SPI Flash et la puce BMC (Baseboard Manager Controller), s’il faut croire l’animation de l’article de Bloomberg.

La puce BMC est un endroit stratégique de la carte mère. Ce microcontrôleur orchestre un grand nombre de paramètres techniques de la machine comme la température, la vitesse des ventilateurs, l’apport d’énergie, etc. Il a également la capacité de communiquer avec l’extérieur. En effet, les administrateurs système utilisent la puce BMC pour, par exemple, redémarrer le système à distance. Cette fonctionnalité a été utilisée par la puce d’espionnage pour se connecter aux serveurs de commande et de contrôle des hackers chinois et, ainsi, télécharger du code malveillant.

Mais ce n’est pas tout. La puce BMC est connectée avec beaucoup d’autres parties du serveur. Selon Bloomberg, cela aurait notamment permis à cette puce d’intercepter et de modifier les instructions entre le cache mémoire et le processeur central.

A partir de là, tout devient possible. Les attaquants peuvent par exemple siphonner des clés secrètes ou interrompre une mise à jour (ce qui est pratique si l’on veut éviter l’installation d’un patch de sécurité). Il est également possible de modifier le code de Linux et de désactiver une procédure d’authentification pour se connecter plus facilement au système. Bref, la machine est totalement sous le contrôle des hackers chinois.

Mais attention : les Chinois ne sont pas les seuls à utiliser des implants matériels à des fins d’espionnage. Les révélations d’Edward Snowden avaient montré l’existence au sein de la NSA de tout un catalogue de « produits » que les barbouzes américains pouvaient utiliser pour plomber un ordinateur, un serveur, un smartphone, un écran, etc. L’installation de ces implants se faisait souvent en amont de la livraison. Le colis est intercepté et le produit modifié à la volée. La méthode chinoise, où la puce est intégrée au moment même de la fabrication, est évidemment plus efficace.

14/10/2018 17:18

Retour


La PS4 Pro voit son prix baisser au Japon

Près de deux ans après sa sortie, la dernière console de Sony devrait voir son tarif baisser dans l’archipel.

La PS4 Pro va-t-elle devenir plus abordable ? C’est le cas au Japon où Sony Interactive Entertainment Japan Asia vient d’annoncer que le prix de la machine allait baisser. Dès le 12 octobre prochain, ce modèle plus puissant verra son tarif passer de 44 980 yens (340 euros) à 39 980 yens (300 euros).

C’est la première baisse de prix depuis sa sortie, en novembre 2016. Le tarif est également ajusté sur le pack (prévu pour le début d’année) comprenant la Playstation 4 Pro et Kingdom Hearts III, qui passera de 53 780 yens (environ 410 euros) à 48 780 yens (370 euros). Évidemment interpellé par la presse, Sony a déclaré au Wall Street Journal qu’il n’y avait aucun commentaire à faire concernant la baisse de tarif dans le reste du monde.

14/10/2018 16:52

Retour


Microsoft Surface : des fuites avant les annonces, la rumeur Andromeda de retour

C'est aujourd'hui que Microsoft tient sa conférence annuelle durant laquelle il devrait présenter des évolutions sur sa gamme d'appareils Surface. De nouvelles rumeurs parlent aussi du projet d'appareil double écran Andromeda.

On saura demain ce que Microsoft a mis en place pour rafraichir sa gamme d'appareils surface. Mais il se pourrait que les nouveautés laissent peu de place à la surprise de ce côté là. Selon les informations du site WinFuture.de les prochaines Surface Laptop et Surface Book n'intègreraient pas de port USB-C comme on pouvait le penser au vu de leur présence sur d'autres appareils surface.

L'évolution serait donc à chercher à l'intérieur avec un renouvellement des processeurs et autres composants comme la mémoire. A l'extérieur il devrait être uniquement question de couleur puisqu'une déclinaison noire devrait être proposée.

Une surprise Andromeda ou Windows 10 ?

Le projet d'appareil à double écran Andromeda ou Surface Phone est-il encore vivant ? Les dernière rumeurs le disaient au mieux retardé, au pire abandonné. Le site italien Aggiornamenti Lumia a scruté les derniers langages pack proposés sur le Microsoft Store et y a trouvé des références au double écran.

Ils espèrent donc qu'une surprise est toujours possible ou qu'une annonce vienne au moins donner une position officielle de Microsoft concernant ce projet dont on a beaucoup parlé mais que le fabricant n'a jamais évoqué officiellement.

Enfin, il pourrait être question de Windows 10. Les dernières images repérées en ligne mentionnaient la date du 2 octobre. Il se pourrait donc que Microsoft annonce les dates officielles d'arrivée de la prochaine version majeure à l'occasion de sa conférence. La version RTM est actuellement toujours sur les canaux de test et il serait en effet logique de voir la diffusion étendue au canal "Release Preview" ou au téléchargement manuel dès ce début de semaine.

14/10/2018 16:52

Retour


YouTube et Google sont accusés de collecter illégalement des données sur les enfants

YouTube et Google sont la cible ce lundi 9 avril d'une plainte de 23 associations américaines de défense des droits numériques et de protection de l'enfance qui leur reproche d'organiser une collecte de données illégale sur des enfants mineurs. Le but de cette collecte serait, comme pour les adultes, le ciblage publicitaire. Suite à cette plainte la FTC américaine pourrait ouvrir une enquête.

Selon nos confrères du journal Le Monde, vingt-trois organisations américaines de défense des droits numériques et de protection de l'enfance ont déposé plainte ce lundi 9 avril contre YouTube et Google auprès de la Federal Trade Commission (FTC). Celles-ci reprochent aux filiales d'Alphabet d'avoir sciemment collecté des données sur des enfants mineurs à des fins de ciblage publicitaire. Ce qui serait illégal selon ces dernières. Le gendarme américain du commerce pourrait ouvrir rapidement une enquête sur ces pratiques.

YouTube, Google : plainte de 23 associations contre la collecte de données sur les enfants A en croire ses conditions générales d'utilisation, YouTube n'est normalement pas destiné aux enfants de moins de 13 ans. Pour les jeunes enfants, la firme a en effet développé une plateforme dédiée, YouTube Kids. Or selon ces associations, cette application masque une réalité : aux Etats-Unis, la version classique de YouTube serait en effet utiliseé par environ 80% des enfants entre 6 et 12 ans. Google y ciblerait spécifiquement les enfants et collecte leur localisation, appareil utilisé pour se connecter, ou encore des numéros de téléphone portable.

Josh Golin, directeur du Campaign for a Commercial-Free Childhood (Campagne pour une enfance sans pub), explique à nos confrères du Guardian : « pendant des années, Google a nié sa responsabilité envers les enfants et les familles en prétendant à escient que Youtube – un site truffé de dessins animés populaires, comptines et publicités pour des jouets – n'est pas pour les enfants de moins de 13 ans ». Et d'ajouter : « Google réalise d'immenses profits en montrant des publicités pour les enfants et doit se soumettre à la Coppa [la législation américaine qui interdit normalement ce type de câblage, ndlr]. Il est temps que la FTC tienne Google pour responsable de cette collecte de données illégale, et pour ces pratiques publicitaires ». « Google a agi avec duplicité en affirmant faussement dans ses conditions que YouTube est réservé aux plus de 13 ans, tout en attirant délibérément les jeunes enfants dans une cour de récréation numérique truffée de publicités », affirme Jeff Chester du Centre pour la démocratie numérique. Plus encore ce que reprochent les associations à la plateforme, c'est de ne pas informer les parents de cette collecte. Le New York Times explique en effet que les entreprises américaines peuvent collecter certaines informations sur les enfants pour leur montrer des publicités ciblées, mais que cela implique le consentement des parents. L'application YouTube Kids précise par exemple spécifiquement ne pas pratiquer de publicité ciblée. Ce qui n'est pas le cas du YouTube classique. Et Jeff Chester de conclure : « tout comme Facebook, Google a centré ses énormes ressources pour générer des profits plutôt que de protéger la vie privée ». À l'image de la RGDP qui a des conséquences au-delà des frontières européennes, une décision de la FTC contre YouTube aura potentiellement des implications aussi en Europe. Affaire à suivre.

10/06/2018 16:46

Retour


Chrome, Firefox et Edge permettront désormais de s'identifier sur tous les sites web sans mot de passe !

Les mots de passe sont bientôt de l'histoire ancienne : grâce à un nouveau standard approuvé par la W3C, Google Chrome, Firefox et Microsoft Edge permettront de vous identifier sur tous les sites web grâce au capteur d'empreintes digitales ou à la reconnaissance faciale de votre smartphone. Découvrez comment fonctionne le standard WebAuthn, qui va reléguer vos mots de passe aux oubliettes.

Le World Wide Web Consortium (W3C), un organisme international qui développe des standards pour « assurer la croissance harmonieuse du Web », vient d'approuver WebAuthn, un nouveau standard qui permettra aux utilisateurs de s'identifier sur le web grâce à des fonctions de reconnaissance biométrique, comme la reconnaissance faciale ou d'empreintes digitales. Dites adieu aux traditionnels password, 123456, qwerty ou 12345. Comme l'a déjà annoncé Microsoft, les mots de passe c'est terminé !

Chrome, Firefox et Edge disent adieu aux mots de passe

Concrètement, cette nouvelle norme WebAuthn permettra par exemple aux internautes de s'identifier sur un site web, comme Facebook, Twitter ou Ebay, en utilisant le capteur d'empreintes digitales, le scanner d'iris ou le capteur 3D de leur smartphone ou de leur laptop. De nos jours, rares sont les appareils mobiles qui se reposent sur le simple mot de passe. Pour activer ce standard, il vous suffira de :

Très similaire à l'authentification à deux facteurs, très répandue chez les applications bancaires, le standard WebAuthn peut servir de complément au traditionnel mot de passe. Il permet aussi de sécuriser davantage votre compte contre les tentatives de phishing ou de piratage. En cas de vol de votre smartphone, il sera évidemment possible de désactiver toutes les permissions qui lui sont accordées.

Pour l'heure, seul Mozilla Firefox est compatible avec la technologie WebAuthn. Google Chrome, Microsoft Edge et Opera ont d'ores et déjà annoncé leur intention d'accueillir ce nouveau standard. Pour l'heure, seul Safari, le navigateur web d'Apple, n'a encore rien annoncé. En attendant que la norme ne se déploie, on vous conseille de choisir un mot de passe vraiment bien sécurisé.

10/06/2018 16:46

Retour


réseaux
restauration
Internet
sauvegarde
windows 7
windows 8
windows 10
outlook
word
excel