Bienvenue dans le monde de l'informatique

 
réseaux
restauration
Internet
sauvegarde
windows 7
windows 8
windows 10
outlook
word
excel

Les hommes dans l'histoire de l'informatique

Dans cette page, je vais vous raconter les hommes dans l’histoire de l’informatique, qui ont fait que l’informatique est devenue ce qu’il l’est maintenant. Vous découvrirez les noms des personnes (classer par nom des personnes) qui on contribuer à cette transformation et la possibilité voir même à ne plus ce passer d’ordinateur et d’Internet.

Babbage Charles Leibniz Boole Gorge Hollerith Hermann Wiener Norbert Brattain Walter Houser
Neumann John von Bardeen John Shockley William Bradford Zuse Konrad Ernst Otto Turing Alan Mathison Jobs Steven
Gates Bill Wozniak Stephen Gary Shannon Claude Elwood Cooper Léon N. Schrieffer John Robert


Babbage, Charles (1792 - 1871)

Babbage, Charles

Mathématicien et théoricien de l'organisation industrielle britannique, dont les travaux sur la mécanisation du calcul sont à l'origine de l'ordinateur.

Né à Teignmouth (Devon), il fait ses études à l'université de Cambridge où il devient ensuite professeur de mathématiques.

Dans les années 1820, Babbage conçoit une machine différentielle, appareil mécanique pouvant effectuer des calculs mathématiques simples avec une précision pouvant atteindre 31 chiffres. Cependant, il doit abandonner cette construction pour des raisons financières. Dans les années 1830, il conçoit une machine analytique à cartes perforées, afin d'effectuer des calculs plus compliqués, mais à nouveau cet instrument ne voit pas le jour. Cette réflexion sur la mécanisation du calcul annonce l'informatique. A l'origine des théories de l'organisation industrielle, Babbage est l'auteur d'un traité de l'économie des machines et des manufactures (1832) analysant la production automatique des manufactures et la division du travail, ce qui lui vaut d'être souvent cité par Karl Marx dans le Capital. Ses réflexions on the Décline of Science (1830) reprennent la tradition leibnizienne du calcul infinitésimal.

Retour


Leibniz (1646 - 1716)

Leibniz

Né à Leipzig, eut très jeune accès à la librairie de son père. Il étudia le grec et le latin, la théologie, la logique, la philosophie scolastique, et découvrit dès l'âge de quinze ans les philosophes et savants de son temps, Bacon, Galilée Descartes, Hobbes, dont il chercha à réconcilier la pensée avec les principes de l'aristotélisme qui lui étaient enseignés. En 1661, il se tourna vers le droit. Il rédigea sa thèse sur le principe d'individuation (1663) puis quitta sa ville natale pour étudier les mathématiques à Iéna. Il soutint en 1666 une thèse de doctorat en droit. Devenu, en 1670, conseiller de l'électeur de Mayenne, il partit en 1672 pour une mission diplomatique à Paris, ce qui lui permit de rencontrer Malebranche, Antoine Arnauld, et de consulter les oeuvres inédites de Pascal.

En Angleterre, l'année suivante, il put lire des travaux de Newton. En 1676, il rencontra Spinoza en Hollande et devint en 1678 bibliothécaire de l'électeur de Hanovre, le future Georges 1er. Leibniz fut anobli par l'empereur germanique. Charles VI, en 1714.

Retour


Boole, Gorge (1815 - 1864)

Boole, Gorge

Mathématicien et logicien anglais. Essentiellement autodidacte, Boole est nommé, en 1849, professeur de mathématique au Queen's Collège de Cork (Irlande). En 1854, dans Recherches sur les lois de la pensée, Boole décrit un système algébrique qui sera plus tard connu sous le nom d'algèbre booléenne. Dans ce système, les propositions logiques sont indiquées par des symboles et peuvent être exécutées par des opérateurs mathématiques abstraits qui correspondent aux lois de la logique. L'algèbre booléenne occupe une place primordiale dans l'étude des mathématiques pures et dans la conception des ordinateurs modernes.

Retour


Hollerith, Hermann (1860 - 1929)

Hollerith, Hermann

Inventeur américain, né à Buffalo, New York. Il fit ses études à l'université Columbia.

Il conçut un système de codage de données à l'aide de cartes perforées. Ce système prouva son utilité dans le travail statistique et marqua une étape importante dans le développement de l'ordinateur numérique. La machine d'Hollerith, utilisée en 1890 pour le recensement aux Etats-Unis, "lisait" les cartes passant à travers des contacts électriques. Des circuits fermés, qui indiquaient les positions des trous, étaient alors activés et effectuaient un comptage. La société qu'il fonda en 1896, la Tabuling Machine Corporation, est l'ancêtre de société IBM.

Retour


Wiener, Norbert (1894 - 1964)

Wiener, Norbert

Mathématicien américain, fondateur de la cybernétique. Wiener, né à Columbia (Missouri), fit ses études au Tufts Collège et à Cornell, Harvard, Cambridge, Göttingen et Columbia. Prodige mathématique, il enseigna les mathématiques au Massachusetts Institute of Technology (MIT) a partir de 1919.

Wiener se spécialisa en mathématiques et en physique mathématique. A partir de 1920, il entreprit l'étude du mouvement brownien en introduisant pour cela une mesure dite de Wiener. Ses techniques ne relevaient pas de l'analyse classique et le conduisirent à développer des techniques fines d'analyse harmonique généralisée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il effectuait des travaux de recherche sur les techniques de défense anti-aérienne, il s'intéressa au calcul automatique et à la rétroaction. Il fonda alors la science de la cybernétique. Dès sa publication, en 1948, son livre Cybernetics eut un succès considérable. Il insistait sur le fait qu'il ne faut pas considérer la machine comme un but en soi, mais comme un moyen de satisfaire les demandes de l'Homme : c'est-à-dire, comme une partie d'un système humano mécanique. Wiener a publié plusieurs ouvrages autobiographiques, où il analyse les responsabilités scientifiques d'un chercheur de son temps.

Retour


Brattain, Walter Houser (1902 - 1987)

Brattain, Walter Houser

Physicien américain.

Né à Amoy (Chine), Walter Houser Brattain travaille au département radio du National Institute of Standards and Technology, puis rejoint en 1929 la société de téléphone Bell. Avec les physiciens américains William Shockley et John Bradeen, il élabore alors un petit dispositif électronique, le transistor. Rendue publique en 1948, cette invention est perfectionnée à partir de 1952 pour des applications commerciales : postes de radio portatif, prothèses auditives et autres appareils. Brattain reçoit en 1956, conjointement avec Shockley et Bradeen, le prix Nobel de physique pour ses travaux sur les semi-conducteurs et pour sa découverte de l'effet transistor.

Retour


Neumann, John von (1903 - 1957)

Neumann, John von

Mathématicien américain d'origine hongroise, qui, dès 1926, a posé les bases de la théorie des jeux, aboutissant en 1944 à la publication de son traité principal Théorie des jeux et du comportement économique, écrit en collaboration avec l'économiste autrichien Oskar Morgenstern. Né à Budapest, il s'établit aux Etats-Unis et devint professeur à l'université de Princeton, dans le New Jersey, en 1930. Il devint citoyen américain en 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travailla en tant que consultant sur le projet de bombe atomique dit projet Manhattan. En 1954, il devint membre de la Commission américaine de l'énergie atomique.

Les travaux de Von Neumann couvrent de nombreux domaines des mathématiques pures et appliquées ; il sut aborder également des problèmes technologiques. Il est célèbre pour ses contributions fondamentales à la mathématisation de la théorie quantique, avec l'introduction des algèbres dites de Neumann. Il développa de nombreux résultats en mathématiques appliquées, principalement en statistiques et en analyse numérique.

Son nom est également lié à la conception des premiers ordinateurs ; en 1952, il conçut le MANIAC I, le premier ordinateur utilisant un programme mémorisé. En 1956, la Commission de l'énergie atomique lui attribua la récompense Enrico Fermi pour ses contributions exceptionnelles à la théorie et à la conception d'ordinateurs.

Retour


Bardeen, John (1908 - 1991)

Bardeen, John

Physicien américain.

Chargé de la recherche (1945 - 1951) aux laboratoires de la société Bell Téléphone a Murray Hill (New Jersey), il fait partie de l'équipe qui met au point le transistor à germanium. Pour ces travaux, il partage le prix Nobel de physique en 1956 avec deux de ses collègues, les physiciens américains William Shockley et Walter H. Brattain. Entre-temps, il rejoint (1951) l'université de l'Illinois. En 1972, il partage à nouveau le prix Nobel de physique avec les physiciens américains Léon N. Cooper et John R. Schrieffer, pour des travaux qui aboutissent à la mise au point d'une théorie sur la supraconductivité, disparition de la résistance électrique dans certains métaux et alliages à des températures proches du zéro absolu. Bradeen est le premier scientifique à avoir obtenu deux prix Nobel dans le même domaine.

Retour


Shockley, William Bradford (1910 - 1989)

Shockley, William Bradford

Physicien américain, lauréat du prix Nobel et co-inventeur du transistor. Shockley naquit à Londres de parents américains. Il travailla aux laboratoires de la Bell Téléphonede 1936 à 1956, année où il devint directeur de la société des transistors Shockley à Palo Alto, en Californie. Il fut assistant à l'université Stamford à partir de 1958 et devint professeur d'ingénierie en 1963. Ses recherches sur les semi-conducteurs conduisirent au développement du transistor en 1948. Pour ses travaux, il partagea, en 1956, le prix Nobel de physique avec ses collaborateurs John Bradeen et Walter H. Brattain. Par la suite, il publia plusieurs articles controversés dans lesquels il soutenait que l'intelligence était principalement héréditaire.

Retour


Zuse, Konrad Ernst Otto (1910 - 1995)

Zuse, Konrad Ernst Otto

Ingénieur allemand, pionnier du traitement électronique des données.

Né à Berlin, Zuse construit le premier calculateur binaire commandé par programme, fonctionnant cependant encore sur une base mécanique (Z 1), qu'il présente au public en 1936. Son deuxième modèle (Z 2) comporte déjà, en plus d'une mémoire mécanique, des composants électromécaniques. Avec Z 3 apparaît en 1941 le premier calculateur automatique commandé par programme, doté de 2 600 relais avec circuits logiques (ET, OU, NON). Ce premier véritable ordinateur a une capacité de mémoire de soixante-quatre nombres avec, respectivement, vingt-deux positions binaires ; il peut exécuter jusqu'à vingt opérations arithmétiques de base par seconde. Le centre de recherche allemand d'aéronautique participe de manière importante au financement du développement de Z 3. Quatre ans plus tard, Zuse publie le premier langage de programmation Plankalkül.

En 1949, Zuse fonde à Neukirchen (Hesse) sa propre entreprise. La Suze KG fabrique des calculateurs à relais et des calculateurs électroniques. Avec Z 22, Zuse produit le premier calculateur électronique et, avec Z 23, le premier calculateur à transistors. En 1959, l'entreprise sort le "graphomat", appareil à dessiner commandé par bande perforée. En 1966, Zuse se voit attribuer pour ses mérites une chaire d'honneur de technologie informatique à l'université de Göttingen. Trois ans plus tard, Siemens AG absorbe son entreprise.

Retour


Turing, Alan Mathison (1912 - 1954)

Turing, Alan Mathison

Mathématicien et logicien britannique, à l'origine de la machine de Turing. Né à Londres, il fit ses études à l'université de Cambridge et à l'université de Princeton. En 1936, alors qu'il était encore étudiant, il publia un article sur les calculs que l'on pouvait automatiser, introduisant le concept d'un appareil de calcul théorique, la machine de Turing. Le concept de cette machine, qui pouvait en théorie effectuer tous les calculs mathématiques, eut un très grand retentissement sur l'évolution du calcul numérique. Turing étendit ses recherches mathématiques à l'étude de l'intelligence artificielle. Il proposa une méthode, le test de Turing, pour déterminer si les machines étaient capables de penser. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Turing travailla comme cryptographe pour le ministère des Affaires étrangères britannique. Il mourut en absorbant du poison, peut-être accidentellement.

Retour


Jobs, Steven (1955 - 2011)

Jobs, Steven

Informaticien américain, qui fonda la société Apple et mit au point le premier ordinateur personnel. étudiant, il suivit des conférences chez Hewlett Packard, à Palo Alto, puis y effectua un stage au cours duquel il rencontra Stephen Wozniak, un électronicien. En 1974, Jobs rejoignit la société Atari comme concepteur de jeux vidéo, emploi qu'il abandonna bientôt pour entreprendre un voyage en Inde.

A son retour en Californie, Jobs persuada Wozniak, qui faisait partie d'un groupe de jeunes passionnés d'électronique réunis dans un club informatique, de travailler avec lui. Ensemble, ils inventèrent et fabriquèrent un prototype du Apple I, une carte mère informatique pré assemblé. La société Apple fut créée le 1 avril 1976, et Wozniak en devint vice-président, chargé de la recherche-développement. Le Apple I fut vendu à 600 exemplaires, principalement à des passionnés d'électronique ; le Apple II, lancé peu après, était simple et compact comme le Apple I, mais plus adapté aux utilisateurs non-spécialistes. En janvier 1983, outre un modèle Apple amélioré, la société produisit un ordinateur personnel, d'abord destiné à être utilisé dans le monde du travail, avec une sourie incorporée pour sélectionner les commandes et déplacer un curseur sur l'écran : le modèle Lisa ; celui-ci fut suivi du Macintosh, qui devait permettre, y compris au néophyte, un accès facile à la puissance de calcul et à l'information. Au début des années 1980, Jobs dirigea la société, qui développait et vendait des ordinateurs personnels, des logiciels et des imprimantes partout dans le monde. En 1985, des problèmes internes et la chute des ventes chez Apple entraînèrent une restructuration et la démission forcée de Jobs, qui alors, avec cinq employés d'Apple, créa une nouvelle société informatique, NeXT.

Retour


Gates, Bill (1955- )

Gates, Bill

Homme d'affaires américain, considéré comme l'un des pionniers de la micro-informatique.

Né à Seattle, William Henry, dit Bill Gates, développe des langages informatiques à partir de 1967 avant de créer la société Microsoft en 1975. Tout en suivant des études à Harvard, il développe avec son associé Paul Allen une version du langage de programmation BASIC pour l'ordinateur Altair, qui est le premier ordinateur personnel mis sur le marché. Convaincu que l'ordinateur va s'installer sur chaque bureau et dans chaque foyer, il abandonne ses études dès 1977 pour se consacrer à plein temps à Microsoft. Avec le lancement en 1981 du système d'exploitation MS-DOS qui équipait alors les PC (Personnal Computer, ordinateur personnel) d'IBM, Gates oriente le développement de la Microsoft Corporation vers les logiciels d'application. Le logiciel Windows équipe aujourd'hui 90 % des PC vendus dans le monde. Microsoft Corporation a fait plus de 16 milliards de dollars de bénéfices en 1996. Le succès de Bill Gates est principalement dû à l'association d'une créativité technologique et l'évolution du marché. Il est l'un des seuls parmi les pionniers de l'industrie du PC à avoir survécu au niveau industriel.

Retour


Wozniak, Stephen Gary (1950 - )

Wozniak Stephen Gary

Informaticien américain, constructeur du premier micro-ordinateur Apple. Né en Californie, il y fit ses études ainsi qu'à l'université de Berkeley. Après avoir abandonné ses études, Wozniak travailla pour Hewlett Packard et passa tout son temps libre en compagnie d'autres jeunes passionnés d'informatique au club Homebrew Computer de Palo Alto. Steven Jobs, également employé par Hewlett Packard, commença à participer aux réunions du club en 1975. Il persuada Wozniak de travailler avec lui sur la conception d'un ordinateur commercialisable. Ils conçurent et construisirent ensemble dans le garage des parents de Jobs un prototype de l'Apple I, une carte électronique d'ordinateur entièrement montée.

Un revendeur local d'équipements électroniques passa une commande de 25 machines. Wozniak et Jobs entrèrent dans le monde des affaires. Jobs fit le nécessaire pour obtenir du crédit auprès des fournisseurs. Wozniak quitta son travail pour devenir vice-président chargé de la recherche et du développement de la nouvelle entreprise. La société informatique Apple fut fondée le 1eravril 1976. Sa première machine, l'Apple I, fut vendue à 600 unités, principalement aux passionnés d'électronique et aux amateurs. Les partenaires introduisirent rapidement l'Apple II, qui garda une bonne partie de la simplicité et de la compacité du modèle précédent. Il convenait cependant mieux à l'utilisateur universel. D'autres modèles suivirent, de même que des imprimantes et des logiciels. La société devint une société à responsabilité limitée en 1977 et fut introduite en bourse en 1980. à la suite d'un accident d'avion au début de l'année 1981, Wozniak quitta Apple mais y revint en 1983. Il resta dans la société jusqu'en 1985, date à laquelle il démissionna pour démarrer une nouvelle société de fabrication d'équipements de télécommande sans fil pour les télévisions et les appareils ménagers.

La société, appelée CL-9 Inc., ferma à la fin de l'année 1989. En 1982 et 1983, Wozniak finança personnellement le festival des états-Unis, une combinaison de concerts rock et de foire technologique destinés à créer un esprit de coopération mondiale. Organisés dans les montagnes de San-Bernardino, à l'est de Los Angeles, les deux festivals coûtèrent à Wozniak plus de 10 millions de dollars. Après avoir quitté Apple, Wozniak obtint sa licence en science informatique et en ingénierie électrique de l'université de Californie à Berkeley et y enseigna comme bénévole.

Retour


Shannon, Claude Elwood (1916 - 2001)

Shannon, Claude Elwood

Mathématicien spécialiste en mathématiques appliquées et ingénieur électricien américain, qui développa la théorie de la communication, aujourd'hui connue sous le nom de la théorie de l'information.

Né à Gaylord, dans le Michigan, Shannon suivit les cours de l'université du Michigan et obtint en 1940 son doctorat de l'institut de technologie du Massachusetts, de la faculté duquel il devint un membre, en 1956, après avoir travaillé aux laboratoires de téléphone Bell. En 1949, Shannon publia la Théorie mathématique de la communication, un article dans lequel il présenta son concept initial pour une théorie unificatrice de la transmission et du traitement des informations. Les informations, selon cette théorie, incluent toutes formes de messages transmis, y compris ceux envoyés le long des canaux nerveux des organismes vivants. La théorie de l'information est aujourd'hui importante dans de nombreux domaines.

Retour


Cooper, Léon N. (1930 - )

Cooper, Léon N.

Physicien américain, lauréat du prix Nobel.

Né à New-York, Cooper obtient, en 1954, son doctorat de physique à l'université de Columbia sous la direction de J. Robert Oppenheimer. En 1955, il travaille sur la théorie quantique des champs à l'Institute of Advanced Study de Princeton. John Bardeen lui propose de participer à l'étude de la supraconductivité. Découvert en 1911, ce phénomène consiste en ce que certains métaux, lorsqu'ils sont refroidis à une température proche du zéro absolu, n'offrent plus aucune résistance au courant qui les traverse. Cela entraîne une libération du flux d'électrons dans le métal, et donc un accroissement de la conductivité.

De 1955 à 1957, Bardeen, Cooper et J. Robert Schrieffer, développent ce qui deviendra la théorie BCS de la supraconductivité, qui explique les raisons pour lesquelles certains matériaux peuvent être supraconducteurs. Dans cette théorie, le nom de Cooper est plus spécifiquement lié aux paires de Cooper, ensemble de deux électrons (fermions) qui, situés d'une certaine façon parmi des ions positifs, ne se repoussent pas, mais au contraire s'attirent l'un l'autre pour constituer un boson. Ces paires se multiplient et se déplacent dans la même direction, ce qui rend le métal supraconducteur.

En 1957, Cooper quitte l'université de l'Illinois et devient maître-assistant en physique à l'université de l'état de l'Ohio. à partir de 1958, il enseigne la physique à l'université de Providence (Rhode Island). En 1972, Cooper partage, pour ses travaux sur la supraconductivité, le prix Nobel de physique avec les scientifiques américains John Bardeen et J. Robert Schrieffer.

Retour


Schrieffer, John Robert (1931-)

Schrieffer, John Robert

Physicien américain.

Né à Oak Park (Illinois), Schrieffer obtient sa licence en physique au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1953, puis sa maîtrise et son doctorat en 1954 et 1957 à l'université de l'Illinois. De 1957 à 1960, il enseigne la physique à l'université de Chicago, puis à celle de l'Illinois de 1959 à 1960, à celle de Pennsylvanie en 1962, et à celle de Cornell de 1969 à 1975. Il est professeur à l'université de Californie, à Santa Barbara, de 1975 à 1992. Depuis lors, il occupe les mêmes fonctions à l'université d'état de Floride.

En 1956, pour expliquer le phénomène de la supraconductivité, Léon N. Cooper avait introduit la notion de paire de Cooper, paire d'électrons qui, dans un cristal supraconducteur à très basse température, s'attirent au lieu de se repousser.

A l'université de l'Illinois, Schrieffer et Bardeen tentent, de 1956 a 1957, d'appliquer ce modele a une proportion importante d'électrons au sein d'un supraconducteur. Il font équipe avec Cooper et montrent que l'interaction entre les paires de Cooper amène un grand nombre d'électrons libres a se déplacer en groupe. En dessous d'une certaine température, les forces qui lient les électrons entre eux surpassent en effet l'agitation thermique des atomes. Rien ne ralentissant plus les électrons, le matériau ne présente aucune résistance.

Cette théorie de la supraconductivité porte aujourd'hui le nom de Bardeen - Cooper - Schrieffer (théorie BCS).

Schrieffer a partagé, en 1972, le prix Nobel de physique avec Léon N. Cooper et John Bardeen.

Retour